LES 22e RENCONTRES PHOTOGRAPHIQUES, Les Traversées

Du 6 octobre au 17 décembre 2017 - Le vendredi 6 octobre 2017 ç 18h30

LES 22e RENCONTRES PHOTOGRAPHIQUES, Les Traversées,

LES TRAVERSÉES

« Passer un pont, traverser un fleuve, franchir une frontière, c’est quitter l’espace intime et familier où l’on est à sa place pour pénétrer dans un horizon différent, un espace étranger, inconnu, où l’on risque, confronté à ce qui est autre, de se découvrir sans lieu propre, sans identité. » Jean-Pierre Vernant,La Traversée des frontières

 

« Action de traverser, de passer d’un côté à l’autre ou à travers » 

Huit artistes, accueillis dans six lieux partenaires du Pays de Lorient, ont été invités en regard du thème « Les Traversées », axe de programmation artistique de cette 22ème édition des Rencontres Photographiques. Ces traversées sont à appréhender comme autant de trajectoires singulières aux horizons multiples, le pluriel du titre indiquant la diversité des démarches et des écritures artistiques proposées . 

Qu’elle soit vécue comme banale, quotidienne, ou au contraire comme une aventure extraordinaire, quelles que soient les forces qui nous poussent à l’effectuer, la traversée porte en elle la dimension d’un voyage, d’une trajectoire, d’un mouvement : elle met en marche, avec, dans son sillon, le défilement du paysage. Elle induit un mouvement physique : une poussée vers l’avant, un passage géographique, une rupture de matérialités. Cartographies, vues aériennes, plongées sous-marines : c’est un large déploiement du regard, tant latéral que vertical (du stellaire aux abysses), qui se met en place dans les univers des artistes invités. Leurs oeuvres, immersives, atmosphériques, accueillent un environnement luxuriant où les éléments éclatent et dominent, mettant à jour un langage météorologique, cosmogonique. 

L’idée même de « traversée » s’accompagne d’une pluralité d’images mentales. Plus qu’un symbole, c’est un mot imagé, qui projette dans nos mémoires le film d’un imaginaire collectif foisonnant. Les artistes invités s’en saisissent, y trouvant une puissante source fictionnelle. Paradigme de l’errance, la figure héroïque d’Ulysse (et à travers lui le récit fondateur de l’Odyssée) est convoquée par Michaël Duperrin et par Evangelia Kranioti, tissant des liens entre différentes temporalités, faisant se superposer mythologie antique et incursion dans le réel. S’il résonne au passé, évoquant les traversées–conquêtes des grandes explorations d’antan, comme les récits d’aventures épiques chuchotés au creux de nos mémoires par les images rendues fantomatiques, enfouies, de Marine Lanier, le mot « traversée » trouve également une illustration immédiatement contemporaine, se télescopant aux images d’actualité des migrations géopolitiques qu’Olivier Jobard met à distance en leur donnant un visage, une identité, une humanité, une destinée. C’est sur le fil de cette représentation mentale que se situent les déroutes sensorielles de Pauline Delwaulle, où toponymie, carte sensible, déplacement virtuel mènent vers de lointains ailleurs. Quentin Yvelin, lui, nous immerge au coeur d’un paysage buissonnier de périphérie urbaine, dont l’autonomie, la sauvagerie n’existe que dans la fiction. Et si toutes les traversées ne sont pas nécessairement maritimes, l’eau irrigue la plupart de leurs travaux. Elle jaillit, au sein d’un vaste paysage nourricier, omniprésente et symbolique, chez Danica Bijeljac, où elle fait corps avec l’homme ; jusqu’à devenir – quasi organique – la matière première des images d’Erwan Morère, dans laquelle elles semblent dissoutes, liquéfiées. Elle est, chez ces deux artistes, une matière scintillante que l’on traverse, en fusion. 

La traversée est aussi écoulement du temps : une immobilité dans la mobilité, un instantané proprement photographique saisi dans le flot continu des images. Elle est état de latence, de saisissement. La traversée s’ancre dans un entre-deux provisoire, passager – il y a eu un début et il y aura une arrivée, mais elle se vit dans un présent qu’elle étire dans son espace intermédiaire, transitoire. La traversée est un transport, un défilement du paysage, une contemplation, une possibilité puissante du regard. 

Eric Bouttier

Directeur artistique des Rencontres Photographiques